Tardi, Daniel Pennac – 2000 – Gallimard – 70 planches

La plume de Pennac, le trait de Tardi, tout est dit, merci au revoir…
Nan sérieux c’est drôlissime, on dirait les aventures de monsieur Malaucène adaptées en bande-dessinée. On y découvre un homme, nouveau locataire d’une cage du jardin des plantes, comme les singes. Il est là, est chômeur et bientôt toutes les télés sont là pour relayer l’information. Tout le monde ne parle que de lui et lui ne parle pas. Qui peut bien mettre cet homme en cage comme un animal ? Il est retrouvé un matin, pendu en haut d’une grue et l’enquête démarre. « Toute la question est de savoir si ce branleur de Justin sera vraiment efficace sur ce coup là… »

Note 4/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s