Clément Belin – 2008 – Futuropolis – 82 planches

Voilà 5 mois que l’équipage de l’Aldebaran est à quai, relégué au bout de la digue. Que fait-il là, immobile ? Il attend un hypothétique repreneur. Ce bateau était arrivé à Marseille pour charger 8000 tonnes de farine mais le tribunal de commerce a saisi le navire en garantie des dettes contractées par son armateur. L’équipage va être débauché et seuls resteront à bord Abdul (le capitaine libanais) et Diamantis qui va profiter de cette escale de longue durée pour régler ses comptes avec son passé. Il va essayer de retrouver la femme qu’il a aimé il y a  20 ans, Amina, qu’il avait abandonné sans lui donner de raison.
Cette bande dessinée est l’adaptation du roman du même nom de Jean-Claude Izzo, qui avait déjà été adapté au cinéma en 2001. Le moins que l’on puisse dire c’est que les planches m’ont plu, toutes dans les teintes sépias, cela donne une vrai ambiance à cette histoire. Clément  Belin a su reproduire l’ambiance si particulière des romans marseillais d’Izzo. En revanche si vous connaissez l’auteur, vous saurez certainement qu’il ne faut pas vous attendre à un happy-end. Quoi qu’il en soit j’ai apprécié cet album et je le conseillerais volontiers.

Note : 4/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s