Tome 01 à 03- Y Sfar, L Trondheim – 1998/99 – Delcourt – 3×46 planches

Herbert est un canard qui travaille pour le maître du Donjon. Alors qu’on lui demande de ramener une brute épaisse attendue pour une mission délicate, il fait une bourde qui coûte la vie au guerrier. Pour réparer cette connerie il n’a d’autre solution que de se déguiser pour faire croire qu’il est celui qui baigne dans la marre de sang. C’est là que les choses sérieuses commencent, Herbert va se voir confier une mission pour le moins délicate et il va vite découvrir qu’il est tout sauf un guerrier sanguinaire, juste un canard un peu con… Cependant le maître du Donjon émet quelques doutes quant à la capacité d’Herbert à mener à bien cette mission, il va donc envoyer également sa meilleure recrue qui se prénomme Marvin, un monstre dragon orange avec une tête de squelette sur le crâne (rien que ça). Les deux héros (zéros ?) sont prêts à faire leur fête à tous les monstres de la région.
Donjon !!! Cette institution de la bd à laquelle j’ose enfin me confronter, en frontal, même pas peur le mec. Comme j’ai pu le lire dans bdgest ici ‘débute l’une des plus excitantes aventures éditoriales que la bande dessinée ait connue. L’époque Zénith conte l’apogée d’un univers gigantesque créé par Joann Sfar et Lewis Trondheim‘. Et je crois que c’est bien ça, la réalité Donjon, une aventure tout à fait excitante. Visiblement cette série ne laisse pas indifférent, on adhère corps et âme ou on reste au bord du chemin. Personnellement, après la lecture des trois premiers tomes de la série Zénith, je me sens complètement embarqué, j’ai été ferré bien comme il faut. La question qu’on peut légitimement se poser serait : est-ce que cette bd est un énorme coup marketing fait pour vendre des tonnes de bds ? Effectivement, les scénaristes créateurs Sfar et Trondheim étant tellement prolixes, ils confient désormais les planches à d’autres dessinateurs triés sur le volet, et y’a de la queue devant la porte et dans la rue pour participer à cette bd. Désormais on retrouve aussi Larcenet, Obion, Mazan, Blain, Boulet et j’en passe. Donjon n’est pas qu’un énorme château où viennent mourir les monstres de tout le pays, non Donjon c’est aussi une entreprise qui se porte très bien et qui est bien gérée. Soit c’est une entreprise florissante qui à ce jour comporte 33 tomes et qui à terme devrait en compter 300, mais c’est aussi un bd de ouf qui fait franchement marrer. Le dessin très épuré, peu fouillé, parfois fait à la va vite se marie parfaitement aux dialogues ciselés, aiguisés, qui sonnent juste. A chaque page on se fend la poire et on se dit mais où vont-ils chercher tout ça ? Ayant lu les 3 premiers tomes de la série zénith, c’est à dire l’apogée du Donjon, je n’ai qu’une envie c’est de lire le reste pour encore me marrer, me bidonner, me mouarfer (à mon avis ce verbe là sera dans le dico l’année prochaine)…
Longue vie au Donjon !

Note : 5/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s