Zidrou, J Lafebre – 2010 – Dargaud – 56 planches

Cette histoire se passe dans une impasse, normalement appelée Impasse du Baron Van Dick, mais les habitants l’appellent l’impasse du bébé à moustache. Les gens qui vivent là s’appellent donc les moustachus. Lydie est une jeune femme simple d’esprit, élevée par son papa tchou-tchou cheminot de son état. Elle est sur le point de mettre au monde une fille, Lydie, mais malheureusement l’enfant est morte-née, comme assez fréquemment dans les années 30. Tous les habitants de l’impasse la soutiennent dans cette épreuve difficile, elle la fille sans maman. A ce qu’il parait, la foudre ne frappe jamais 2 fois au même endroit…
Par où commencer pour vous dire ce que je pense de ce one-shot ? J’ai tellement de choses à dire que je ne sais vraiment pas comment m’y prendre. Je vais essayer d’y aller par étape, en suivant le fil de l’histoire. Déjà avant de lire cette bd j’ai été vraiment séduit par les dessins, les tons sépias, l’ambiance qui semblait se dégager. Et puis, je l’ai enfin lu … ouah, quelle claque !!! J’ai adoooooré ! Je ne sais pas si je vais savoir expliquer précisément ce que j’ai ressenti mais en refermant cette bd je me sentais tout bizarre. L’histoire que nous conte Zidrou est tout simplement magnifique, empreinte d’une grande sensibilité. C’est pourtant un sujet difficile à traiter, la mort d’un enfant – qui plus est quand sa maman n’a pas toute sa tête – mais l’auteur s’en tire admirablement. Après avoir enterré sa fille, Camille déclare quelques jours après que son enfant est revenue, renvoyée sur Terre par les anges car elle pleurait trop là haut. Elle imagine voir sa fille qui n’est pourtant pas là. Les ‘moustachus’ finissent par rentrer dans le jeu de la jeune femme simplette. On peut légitimement se demander si rentrer dans ce jeu morbide n’est pas pire au fond. Eh bien non, au contraire, la solidarité fait que Camille se révélera une maman parfaite pour cet enfant imaginée. Cependant, un super scénario peut se révéler inutile si le dessin ne suit pas. Eh bien là, c’est tout le contraire, les planches distillées pas Lafebre sont en parfaite adéquation avec l’histoire, les traits sont précis, les couleurs douces, c’est beau tout simplement. Quand je vous disais que j’ai adoré. Pour finir je voulais parler de Papa tchou-tchou, le papy de Lydie. J’ai trouvé tout simplement incroyable qu’un ‘simple’ dessin puisse nous montrer tout l’amour qu’a cet homme pour sa fille, mais aussi pour le fantôme de sa petite fille. Cet homme est vraiment une belle personne.
Bon je vous sens sceptique, moi aussi sur le principe je l’étais. Lisez simplement cette bd, vous comprendrez ce que je n’arrive certainement pas à expliquer clairement ici.

Note : 5/5 ♥♥

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s