Tome 1 à 5, Cycle 1 – JC Kraehn, S Vallet – 1996 à 2001 – Glénat – 5 x 46 planches

L’histoire se déroule à Lyon, un jeune homme tourmenté regarde passer et repasser devant ses yeux la jolie serveuse d’un bouchon lyonnais. Après la fermeture du restaurant, la jeune femme s’apprête à rentrer chez elle quand elle se fait enlever par cet homme étrange. Au même moment une famille aisée est sur le point de recevoir un couple d’amis à dîner quand la femme doit vite se rendre chez l’épicier du bas de la rue car il manque un ingrédient pour le repas, elle ne reviendra pas. Son mari Gil St André s’inquiète du temps que met sa femme à revenir. Dès le lendemain il demande à la police d’intervenir mais on lui répond que comme bon nombre de femmes, elles s’en vont pour vivre une autre vie. Gil va devoir faire son enquête lui-même…
Déjà, je dois expliquer comment je me suis retrouvé avec cette série dans les mains. Comme régulièrement je vais voir ce que ma médiathèque préférée me propose en terme de bds. Ca faisait quelque temps que j’avais repéré cette série mais je dois avouer que ça ne me tentait pas du tout. Un jour peut-être, mais pas pour le moment. En revanche j’ai vu ce samedi une bd qui est visiblement un des gros succès de ces dernières années : ‘L’homme qui aimait les poupées’. Je l’ai empruntée, et quelle ne fut pas ma surprise quand, en la lisant, je me suis aperçu que le héros n’est autre que Gil St André. Il semblerait donc que lors de la sortie de cet album il n’était pas question d’en faire une série. Je pense donc que le succès de ce one hot a donné des idées à son auteur. La série Gil St André voit donc le jour avec la réédition du tome 1 qui voit aussi son titre changer et qui devient : ‘Une étrange disparition’.
Et si je parlais du contenu maintenant ? Pour info, il faut savoir que les tomes 1 et 2 sont dessinés et scénarisés pas JC Kraehn, c’est à partir du tome 3 que l’auteur s’est entouré de Sylvain Vallet (Il était une fois en France) pour le dessin. Eh bien je dois dire que j’ai été emballé par cette histoire, alors que les couvs ne me tentaient pas du tout. Tout d’abord le scénario est nickel, on sent une grande rigueur dans l’écriture et il n’y a pas de fausse note. Ensuite le dessin est quant à lui assez conventionnel, ressemblant à XIII, c’est très propre mais certainement pas novateur. Ceci dit l’histoire ne semble pas se prêter à des traits innovants, je ne vois pas du Sfar ou du Trondheim sur ce genre d’histoire. Bref, voilà une belle rencontre, reste maintenant à voir ce que donnera le prochain cycle. Le scénario sera-t-il encore au rendez-vous ou les auteurs auront-ils profité de la notoriété de la série pour faire des albums moins aboutis ? A suivre donc…

Note : 4/5

Doy.

Publicités

Un commentaire sur « Gil St André – Cycle I »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s