Tomes 1 à 3 – C Bec, P Mottura – 2004 à 06 – Delcourt – 3 x 46 planches

Lors de sa venue dans une auberge de montagne, après une dure journée de route, Martinien peut enfin se poser pour un paisible repas. Il se retrouve bien malgré lui en face d’un homme obèse, Aimé, qui est la risée de tout le restaurant. Ne souhaitant surtout pas parler à cet homme bizarre il fait tout pour ne pas croiser son regard ou engager la conversation. Malgré cela, c’est en voyant la cruauté de tous que le jeune Martinien parlera tout de même à son voisin de table. Dès le lendemain les deux hommes décident donc de faire un bout de chemin ensemble mais ils sont encore loin de se douter qu’ils vont devenir des amis, des vrais.
La rencontre avec cette bd est un hasard total. C’est en passant en revue l’étalage d’un bouquiniste que je suis tombé sur le tome 1 dont la couverture m’a attiré l’œil. En feuilletant les 3 tomes j’ai trouvé le dessin joli et j’ai donc décidé de tenter le coup, juste sur un ressenti. Eh bien je peux vous dire que je n’ai pas été déçu. D’abord et avant toute chose je vous parlerai des magnifiques planches de Mottura. Le dessinateur arrive à nous faire passer de réelles émotions à travers ces planches. Les personnages sont bien réalisés et vite attachants, on souhaiterait devenir également leur ami. Les planches d’architectures sont particulièrement bien réussies, on penserait parfois à certains dessins de De Crecy sans que le coup de crayon soit tout à fait le même. Le scénario distillé ici par Christophe Bec est en fait très simple, sans fioriture. C’est l’histoire d’une amitié entre deux hommes, un moment dans leur vie, sans chercher à aller plus loin à mon sens. Et c’est là qu’est le tour de force de cette série, la simplicité du scénario mêlée aux traits poétiques et aux couleurs magnifiques rendent cette histoire vraiment agréable. Faut-il au final chercher beaucoup plus loin dans l’analyse ? Moi je vois que j’ai passé un fort bon moment, je suis tombé en admiration devant certaines planches – notamment les planches urbaines de la Nouvelle-York – et j’ai trouvé les deux protagonistes très convaincants. J’ai donc trouvé dans cette série tout ce que je recherchais en l’ouvrant…

Note : 5/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s