Tomes 1 & 2 – L Galandon, A Monin – 2006/07 – Bamboo – 2 x 46 planches

Le jeune Simon est un enfant comme tous les autres, ou presque, car nous sommes en France en 1941 et il est juif. Quand le professeur du petit garçon, qui est aussi maire du village, apprend que Simon est juif, il demande aux gendarmes (on pourrait dire milice) de venir le chercher. L’enfant est obligé de fuir et se retrouve malgré lui dans un institut pour mineurs délinquants. Là aussi il sera obligé de fuir alors qu’on lui donne une étoile jaune toute neuve. Après de nombreuses péripéties Simon fera la connaissance d’Ada, petite fille juive russe. Tous deux seront déportés et verront la cruauté et l’horreur d’un camp qui fait froid dans le dos.
Le sujet difficile de l’antisémitisme quand il traite en plus des enfants n’est pas très drôle il faut bien l’avouer. C’est pourtant la trame de fond de cette histoire. Le petit Simon n’est pourtant pas épargné par la vie puisqu’orphelin, la bêtise humaine fera en sorte de ne pas le laisser tranquille. Il aime simplement regarder la nature et particulièrement les oiseaux, il leur parle même. J’ai trouvé le scénario très bien fait, on ressent une vive émotion à suivre la vie de ce petit garçon sans toutefois tomber dans le misérabilisme. Comment ne pas avoir le cœur serré quand on découvre le camp de concentration et ses atrocités ? Et que dire du manque d’humanité du chef de ce camp ? On pourrait regretter le manque de profondeur des personnages et de l’histoire mais il aurait fallu au moins 6 tomes pour détailler toutes les scènes. J’ai particulièrement aimé les personnages d’Auguste et de sa maman à la fin du tome 1. Ce jeune homme plutôt simplet est plus qu’attachant quand il demande à Simon de lui donner son étoile jaune car il la trouve jolie… Le dessin quant à lui me laisse un peu sur ma faim. Je l’ai trouvé peut-être un peu trop minimaliste, méritant d’être plus détaillé parfois. C’est pourtant ce dessin qui m’avait attiré quand j’ai vu la couverture. J’ai également trouvé que les bulles étaient trop grandes et donc que le texte l’était aussi. Ça n’apporte rien et ça empiète sur le dessin. Bref des petits détails qui ne m’ont cependant pas empêché d’apprécier cette jolie histoire.

Note : 4/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s