Tomes 1 à 3 – E. Adam, H. Micol – Vents d’Ouest 2002 à 2004 – 46, 54 et 54 planches


Dubitative j’étais hier soir en refermant le troisième tome des ‘Contes du 7ème souffle’ (non, non, je vous vois venir, je ne suis pas la descendante de Maître Yoda…). En effet, cette série avait tout pour me plaire sur le papier et cependant j’ai été moyennement emballée par l’ensemble. Certes les couvertures sont absolument fabuleuses, tant au niveau du dessin que de la couleur. Mais le dessin, justement, dans les planches elles-mêmes, est très sombre, très chargé, et en toute honnêteté cela m’a un peu gênée tant l’oeil est saturé par le travail sur les ombres, la dominante de noir.  Hypothèse  fort pertinente de Doy quand je lui ai fait part de cette remarque : cela est peut-être dû à la taille des planches, qui auraient gagné en lisibilité dans un format plus grand ? Clap clap clap : le score de 148 est largement mérité, je ne peux pas lutter, je m’incline… Mais, revenons à nos brebis… S’agissant du scénario, nous suivons les pas de Toho Daisuke, un jeune samouraï qui cherche à comprendre comment ses parents ont disparu et surtout pourquoi court la rumeur selon laquelle son père serait mort en lâche. Vous l’aurez compris, il est beaucoup question d’honneur ici, de loyauté, de fidélité (à des valeurs, à son nom, à sa famille, à ses amis). Il comprendra la vérité à la fin du troisième tome, mais au prix de beaucoup de têtes coupées et de combats périlleux, dont il sort heureusement vainqueur. Bon, certes, il manie bien le samouraï, ça on peut pas lui enlever. Il a même inventé, à la grande satisfaction de son Maître, un enchaînement appelé la ‘Danse du Roseau’, absolument imparable pour ses adversaires. Bref, le sang coule à flot. Mais là encore il ne se passe pas grand chose d’autre, et l’on aimerait bien que notre ami Daisuke se départisse un peu parfois de son sérieux pour goûter aux joies et menus plaisirs de ce bas monde… D’autant qu’il ne laisse pas indifférente la belle Yukiko, qui pourrait bien se lasser à la longue de son manque de légèreté. J’ai d’ailleurs ouï dire que l’histoire d’amour naissante entre les deux personnages sera au centre du 4è et dernier tome de la série, que nous n’avons malheureusement pas encore dans notre bibliothèque BD. Avis aux généreux donateurs, qui pourraient me permettre de refermer cette parenthèse rapidement…

Note : 3,5 /5

Shifue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s