Intégral, 3 tomes – Nicolas De Crecy – 1994 à 2002 – Les Humanoïdes Associés – 60, 60 & 67 planches


Diego est certes libre dans sa tête mais c’est surtout un phoque fraîchement débarqué dans la mégalopole New-York-sur-Loire. C’est un animal sensible qui parle peu voire pas du tout mais qui va se retrouver bien malgré lui au centre de l’événement du siècle, l’élection du prix Nobel de l’amour. On lui explique qu’il a été choisi, divinement peut-être, la question reste posée, elle ne sera ni développée ni même abordée au cours du récit qui va suivre (pas si sûr), qu’il a  été choisi, donc, pour devenir une personnalité importante de la vie politique et sociale de la grande capitale New-York-sur-Loire… cité exceptionnelle à plus d’un titre. Et le plus fou c’est qu’il est le grand favori sans même l’avoir voulu. Les membres de la municipalité mettent les petits plats dans les grands pour faire de Diego un winner, un être exceptionnel qui saura déchainer les foules. Tout se passerait bien si le diable en personne, affublé de sa salopette à carreaux, n’y mettait son grain de sel.
C’est la première fois que je lis une bd de De Crecy, Nicolas hein, pas son frère Etienne qui nous diffuse sa french touch avec entre autre son album tempovision, mais ceci est une autre histoire. Nicolas et son travail sont donc une découverte. Enfin pas vraiment, j’ai déjà vu pas mal de dessins qui justement m’ont mis l’eau à la bouche, on sent tout de suite que nous sommes dans un monde qui lui appartient totalement. Les dessins ou gravures que j’avais pu voir m’avaient franchement emballées, restait à transformer l’essai sur une série complète, dessin et scénar donc. Je vais sans doute me répéter mais nous naviguons ici dans un monde surprenant. En effet les chiens sont doués de la parole et ne sont pas très contents de leur sort. La narration nous est d’abord livrée dans le tome 1 par Lombax, un personnage qui a perdu la tête. Mais même pour ça il y a des luttes de pouvoir et l’histoire sera ensuite vue et proposée par le clan d’en face. Nous rencontrons Satan qui est clairement là pour foutre le bordel et qui ne s’en privera pas, on prend plaisir à lire ses répliques affutées toutes hilarantes. Pour paraphraser le diable d’une autre bd (toi aussi tu peux gagner un magnétoscope en carton en trouvant cette bd), faire chier c’est son métier. Bref vous l’aurez compris si vous chercher une bd classique à la mode Tintin passez votre chemin, l’univers qui nous est proposé ici est de l’ordre de l’onirisme doublé de second degré politiquement incorrect. Donc si vous êtes des aficionados de ce blog intellectuellement irréprochable et culturellement inattaquable vous vous dites que ça a dû me plaire grave. Eh ben j’avoue qu’il m’est arrivé d’être perplexe parfois mais dans l’ensemble cette série est tout à fait réjouissante et amusante. Certaines planches sont tout bonnement magnifiques. Note pour plus tard : penser à avoir un grand salon et un immense bureau pour y mettre toutes les planches qui me plaisent dans la vie, quel projet sensass…

Note : 4/5

Doy.

Publicités

Un commentaire sur « Le Bibendum Céleste »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s