Exposition, 27 juin – 7 novembre 2010 – Palais des Papes, Collection Lambert en Avignon, Musée du Petit Palais

Cette exposition est l’événement culturel de l’année en Avignon, rien de moins ! En effet, impossible pour qui habite ou travaille dans cette ville de passer à côté de l’affiche qui sert de visuel, représentant une tête de poisson sur ce que l’on devine être un corps humain (en fait, il s’agit du gisant du tombeau de Clément V, qui repose dans la Grande Chapelle du Palais des Papes). Et pourquoi un tel événement en Avignon, me direz-vous ? Parce que Miquel Barcelo, artiste d’origine majorcaine, est très lié au marchand et collectionneur Yvon Lambert, lequel a joué un grand rôle dans l’organisation de cette exposition dans la cité des papes.
Terramare n’est en fait pas une exposition unique, mais trois expositions en une, puisque l’artiste a investi à la fois le Palais des Papes, la Collection Lambert et le musée du Petit Palais, avec le parti pris de présenter des oeuvres différentes dans ces trois lieux. Je n’ai toutefois pas visité les collections du Petit Palais, qui ne sont pas des oeuvres de Barcelo lui-même mais des pièces de la Majorque gothique, pour la plupart jamais sorties d’Espagne depuis le XVè siècle. Je ne pourrai donc pas vous en parler. Ma visite a donc commencé dans la Grande Chapelle du Palais des Papes, et s’est poursuivie à la Collection Lambert. Au Palais des Papes tout d’abord, ce sont exclusivement des céramiques et des oeuvres monumentales en terre cuite. Ces collections récentes (2009-2010) et inédites forment un ensemble homogène et très intéressant. Originalité : Barcelo a choisi, pour l’accrochage, de réutiliser les trous qui avaient servis pour la mémorable exposition Picasso en 1970 (enfin mémorable pour ceux qui étaient alors en âge de l’avoir visitée, ce qui n’est pas mon cas…). Certaines oeuvres ne sont pas sans rappeler l’art rupestre que connait bien l’artiste puisqu’il travaille sur la notion de temporalité et la résonance entre passé, présent et futur, en faisant se répondre art ancestral et ancien, et art contemporain. J’ai beaucoup aimé certaines plaques en terre cuite où l’on devine justement des motifs animaliers. J’ai été en revanche moins séduite par ses têtes et masques, qui pour certains sont carrément angoissants. Peut-être est-ce que le nom de ‘Terramare’ prend pleinement son sens ici ? En effet, si la terre est présente en tant que matière de création, le monde marin est largement représenté sous la forme de têtes de poissons, mais aussi dans des plaques de terre cuite (poissons, méduses…).
De manière générale, je dois avouer que j’ai été assez déçue par ce qui était présenté au Palais des Papes car, malgré la beauté du lieu et une mise en scène réussie, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas grand chose à voir, alors même que le prix de l’entrée était assez élevé. Bref, passons…  Je suis donc partie de là pour me rendre dans la foulée à la Collection Lambert, qui accueille pour sa part les créations picturales de l’artiste de la dernière décennie (années 2000), mêlant à la fois tableaux, plâtres, bronzes… L’impression générale à l’issue de la visite, sans doute liée à la diversité et au nombre des oeuvres présentées en ce lieu, est que j’ai été plus emballée par cette partie là de l’exposition. S’agissant des oeuvres elles-mêmes, je ne peux que constater que l’artiste a véritablement une signature, et un univers bien à lui. J’ai beaucoup aimé les céramiques, les plâtres et bronzes. Pas du tout les portraits à l’eau de javel (très angoissants là aussi), malgré l’originalité du procédé artistique, ainsi que certaines de ses toiles avec beaucoup de relief (résultat sans doute d’un travail sur la peinture, utilisée en couche épaisse et façonnée en picots). J’ai trouvé ses natures mortes assez inégales dans le choix des couleurs et des formats notamment. Enfin, comme au Palais des Papes, on retrouve ici de nombreux crânes, peut-être pour figurer le rapport de l’artiste à la mort ? Mais je me rends compte en transcrivant mes impressions ici qu’il est très difficile de faire partager un ressenti à propos d’une oeuvre aussi foisonnante qui mérite non seulement d’être vue, mais aussi que l’on s’attache à comprendre sa philosophie. En conclusion, je ne pourrais que vous conseiller, si vous en avez l’occasion, de découvrir cet artiste qui a, c’est indéniable, beaucoup de choses à dire.

Shifue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s