Tomes 1 & 2 – F Corteggiani, Nawa – 1999 & 2002 – Glénat – 2 x 46 planches


Carpentras, petite ville du Vaucluse assoupie dans la plaine du Comtat, au pied du Mont Ventoux, un banal jour de la fin du mois de mai… Le commissaire Soubeyran est un vieux flic qui ne voit la vie qu’à travers les plaisirs de la bouche, cochonnailles et vin sont ses passions. Bougon de nature, l’homme déteste qu’on le dérange pendant qu’il se restaure, c’est cependant de cette façon que le jeune inspecteur Hirigoyen vient lui annoncer qu’on a encore retrouvé une jeune femme éventrée. Cinq, c’est le nombre de cadavres retrouvés, mais Soubeyran semble sûr de lui et mène son enquête tranquillement, entre jeux de mots plus ou moins douteux, regard critique sur la municipalité et bonne chère…
C’est en passant à la médiathèque que j’ai remarqué cette bd de la même collection (Bulle noire) que Gil St André. De plus les faits se déroulent dans la région que j’habite, à Carpentras, ville que je connais un peu. Le pitch me semble intéressant et le héros (ou anti-héros) m’a l’air plutôt sympathique. On est loin du jeune, beau et riche Gil sus-nommé. Ce que j’apprécie pour commencer c’est qu’un tome correspond à une enquête, ça change de toutes ces bds récentes qui une fois refermées nous ont amené plus de questions que de réponses. J’aime bien le personnage, le genre de flic qui se fout de ce qu’on pense de lui, qui fait sa vie comme il l’entend. Cependant ces point positifs ne font pas tout. J’ai trouvé le scénario plus que léger, les raccourcis sont nombreux et l’histoire est fouillis, on penserait à une série tv de série B. Le dessin lui aussi est moyen, la maitrise des personnages n’est pas au rendez-vous, même pour le commissaire. La mise en couleur souffre quant à elle des mêmes maux, c’est moyen, ça semble fait rapidement, sans précision. De plus je me suis vu sursauter après avoir lu qu’un commissaire de la trempe de Soubeyran confondait un revolver et un pistolet, voilà un détail qui me parait assez révélateur de cette série. Quand on fait des bds policières on se doit d’en connaitre un minimum sur les aspects techniques de la profession. D’ailleurs je trouve bizarre qu’à la relecture ce genre de détail ait pu passer, surtout pour une collection bulle noire qui se veut axée sur les enquêtes, crimes et compagnie…

Note : 2/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s