Tomes 1 à 7 – S Desberg, E Marini – 2000 à 2006 – Dargaud – 7 x 46 planches


Rome, 18ème siècle. Armando Catalano se fait appeler Le Scorpion, il est connu pour être un trafiquant d’objets d’art mais également pilleur de tombeaux. Il revend toutes ces reliques aux riches romains mais est lui même collectionneur. Il collectionne aussi les conquêtes féminines et toutes se bousculent pour être dans ses bras. Mais le Scorpion est surtout le fils dont la mère a été brulée vive sur le bûcher des sorcières. Une mère qui a été jugée et reconnue coupable  pour avoir pactisée avec le diable en détournant du droit chemin un homme d’église. L’infamie se matérialisant sur le jeune enfant par une marque sur l’épaule, un scorpion : le diable !!! Le cardinal Trebaldy – homme assoiffé de pouvoir et qui deviendra le futur pape – semble en vouloir personnellement à ce Scorpion. Il fait appel à Mejaï, une sublime empoisonneuse égyptienne pour assassiner l’homme à la marque du diable. Bien entendu la tentative de la jeune femme échouera et Armando tentera de comprendre pourquoi on lui en veut autant. Tout se précipitera, le pape en fonction sera assassiné, Trebaldi accédera à la papauté s’entourant de moines guerriers pour semer la terreur dans la ville et les régions voisines. Le Scorpion et ses amis doivent tout tenter pour empêcher Trebaldy d’organiser de nouvelles croisades.


Bien bien bien, le Scorpion donc, cette série que j’ai vu plus d’une fois dans toutes les bonnes boutiques qui vendent des bds. Ce truc inloupable vendu à grands coups de pubs, et la sortie du tome 9 donne le ton. Et bien moi je peux vous dire une chose, je n’étais pas franchement intéressé par cette série. Les couvertures étaient plutôt belles mais je partais avec une idée préconçue qui me disait que tout cela semblait trop commercial, un beau justicier, un méchant cardinal et une jolie rebelle gitane, le pitch parfait… Nous aurions pu en rester là si mon poto Kawax ne m’avait pas dit qu’il avait acheté le dernier tome et 2 ou 3 autres bds. Je me suis d’ailleurs bien foutu de lui (gentiment hein, à base de rire sardonique) en lui disant que c’était pas très bd-indé tout ça et que  ça sentait bon la tête de gondole. Oui, qui aime bien « charrie » bien. De plus il trouve cette série plutôt pas mal. Par ailleurs, mon vendeur préféré de bds d’occas (d’ailleurs je dois aussi être dans ses préférés, de clients, vu les tremblements de ma CB quand je passe à proximité du magasin), ayant rentré un lot de 1000 bds (oui rien que ça, je peux vous dire que j’ai du post en préparation…), il possède les 7 premiers tomes de ladite série. Cerise sur le palto, toutes en EO. Mon sang ne fait qu’un tour et dans la musette la bébette qui pique. Bon revenons à nos moutons comme dirait St Ex, que vaut cette série ? Je dois dire que je me sens un peu con là. Alors que je me la jouais ‘je vais pas tomber dans le panneau’ je me suis plutôt encastré dedans. J’ai beaucoup apprécié cette bd culte. D’abord il y a le scénario de Desberg et attention le monsieur n’en est pas à son coup d’essai, il a à son actif IR$, Black Op ou encore Sienna. Bref le gars est plutôt incontournable dans le milieu. L’histoire tient bien la route et les ingrédients du blockbuster sont présents : une trame historique, de la bagarre avec des capes et des épées, des filles physiquement intelligentes. Coté dessin ça en fout plein nos mirettes ! C’est très très bien fait, Marini possède ses personnages sur le bout des doigts, leurs statures, les moindres expressions de leur visage. Les planches sont vives et éclatantes, les couleurs saturées apportent aux scènes de la vie et du mouvement. Mais ce que j’ai particulièrement aimé dans le travail du dessinateur c’est la profondeur de champ. Les images se regardent comme des photos et on peut admirer l’action se détachant du reste du dessin, c’est remarquablement exécuté et peu nombreux sont ceux qui parviennent à ce résultat. Bref vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cette série, on voit venir à des kilomètres certains rebondissements mais à part ça c’est super bien foutu. Il me reste à trouver les tomes 8 & 9 et me délecter des 92 pages restantes…

Note : 5/5

Doy.

Publicités

Un commentaire sur « Le scorpion »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s