1 – L’île de solitude – Thierry Chavant, Delf – Delcourt – 2009 – 46 planches

Blanche est une jeune fille de 19 ans qui, à peine sortie du couvent, est mariée à Monsieur Antoine du Beau-Près, 50 ans, qu’elle voit pour la première fois. Un mariage qui sert les intérêts de son père et qui lui est présenté comme une chance inouïe pour elle, compte tenu de son handicap : elle ne voit pas les couleurs. Aussitôt l’union célébrée son époux repart et on l’emmène dans la propriété familiale des Beau-Près, très loin, ‘sur une île au large des côtes, une terre froide et dure, isolée’. Blanche va petit à petit faire la connaissance des personnes qui formeront son entourage : le Père André, son tuteur, les gens de maison, mais aussi un cercle de femmes de notables de l’île qui, autour du thé, vont lui apprendre les convenances, et notamment comment doit se comporter une épouse et maîtresse de maison. Et puis il y a Toumaï, un jeune esclave noir que Monsieur du Beau-Près a ramené d’un voyage dans les Caraïbes.
‘Blanche’ : le titre de cette série n’est pas dû au hasard. Il est en effet beaucoup question de couleurs dans cette BD : le prénom de l’héroïne, son handicap, la couleur de peau de Toumaï, qui n’est d’ailleurs pas un problème pour Blanche qui le voit comme les autres hommes… Il est également question d’hypocrisie : le mariage arrangé de Blanche ; les agissements du père André, dont le comportement est loin du discours moralisateur qu’il fait passer dans ses sermons ; ce groupe de femmes, que Blanche redoute plus que tout, qui sous couvert d’amitié contrôle ses moindres faits et gestes. Le scénario est intéressant, l’histoire se lit
facilement et on a envie de voir comment Blanche va réussir à s’émanciper face à cet entourage malfaisant. Et puis l’on veut savoir comment va évoluer la relation qu’elle entretient avec Toumaï qui, en raison de sa couleur de peau, est considéré par tous comme un sous-homme, mais dont elle se sent plus proche que de n’importe qui d’autre. Sans doute parce qu’ils souffrent de l’exil, de la solitude, mais aussi du racisme des habitants de l’île auxquels ils ne ressemblent ni l’un ni l’autre. Le dessin maintenant : je ne suis pas convaincue à 100%, certains visages sont parfois négligés, mais certaines planches sont très belles et le trait semble quand même assuré. Dans l’ensemble, j’ai trouvé que cette série démarrait bien, avec un bon rythme. Je vais donc très vite aller en librairie acheter le 2è tome qui vient juste de sortir pour lire la suite des aventures de Blanche et Toumaï.

Note : 4/5 (24/9/2010)

2 – Toumaï, les savanes féroces – Thierry Chavant, Delf – Delcourt – 2010 – 46 planches

Non, vous ne rêvez pas ! Je suis bien allée en librairie, et ‘très vite’, pour acheter le 2ème tome de ‘Blanche’. Ben oui, je ne pouvais décemment pas en rester là des aventures de la jeune héroïne et de Toumaï, et puis j’ai un petit côté fleur bleue parfois, alors… Bon, alors comment évolue cette l’histoire ? En fait, nos deux amoureux, sitôt qu’ils foulent la terre africaine, se retrouvent séparés : Blanche fait la connaissance, dans de drôles de circonstances, du gouverneur du comptoir qui lui fait comprendre qu’elle a tout intérêt à se montrer ‘gentille’ avec lui si elle ne veut pas qu’il lui arrive malheur ; quant à Toumaï, il vit dans une communauté villageoise qui le rejette et le surnomme le ‘Blanc-Noir’, ni un vrai Blanc, ni un vrai Africain. Mais vous savez comme moi que l’amour est toujours plus fort que tout…
Et alors, quel est mon avis sur ce deuxième tome ? Et bien, je pense que je l’ai encore plus apprécié que le premier ! Je ne sais pas si cela est dû à une plus grande réussite esthétique, et ce même si certains sujets sont encore un peu négligés, je trouve. Mais les planches montrant la savane et ses animaux sauvages sont véritablement magnifiques, et admirablement colorées par Delf. Je crois bien, oui, que mon attirance pour le continent africain et ses paysages a pris le dessus, et j’ai littéralement voyagé en le lisant. Il paraît que la série doit comporter au final 3 tomes : je suis donc cette fois dans l’obligation d’attendre la sortie du prochain opus. Où va
donc nous emmener Thierry Chavant après l’Afrique ? J’ai hâte de le savoir…

Note : 5/5

Shifue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s