Tomes 8 & 9 – S Desberg, E Marini – 2008 & 2010 – Dargaud – 2 x 46 planches


Suite des aventures d’Armando Catalano ou du Scorpion si vous préférez. Nous le retrouvons aux mains du Pape sanguinaire, qui est sur le point de l’exécuter dans d’atroces souffrances. Heureusement il ne s’agit que d’hallucinations, Trebaldi voit le scorpion partout, surtout quand il assiste à une séance de torture menant à la mort. Mais il s’agit pourtant d’un pauvre bougre, pas de l’homme qu’il hait tant. Un duel s’est engagé entre les deux hommes, Trebaldi cherchant absolument à tuer cet homme marqué par le diable alors que le scorpion cherche la vérité sur son passé et seul le nouveau Pape sait quelque chose. Mais la lassitude guette notre héros qui pense même partir loin de Rome, au bras de Mejaï, dont il est amoureux. C’est sans compter sur le retour de Marie-Ange de Sarlat, le premier amour d’Armando, qui veut l’aider à voler l’or destiné à Trébaldi. Mais le Pape n’est pas dupe et voit ce qui se trame…
Comme j’étais dans le trip Scorpion je me devais de lire les 2 derniers tomes disponibles, et rapidement. C’est chose faite et le moins que l’on puisse dire c’est que Desberg aime les rebondissements, on en apprend à toutes les pages, les traitrises vont bon train, les morts surgissent du passé et l’enquête qui devrait mener le Scorpion à la vérité avance. Bon il faut bien dire que c’est le but : mettre le lecteur en haleine et donc l’inciter à attendre la bave aux lèvres la sortie du prochain tome. C’est mal ce que vous faites messieurs les auteurs. Le dessin est toujours admirablement réalisé, c’est un magnifique travail. D’ailleurs les amateurs ne s’y trompent pas et on comprend pourquoi les planches originales sont si chères, comptez 3 à 4000€. Quant à la couverture du tome 9, elle est disponible si vous la souhaitez, pour la modique somme de 25 000 roubles, euh euros… Je l’ai toujours dit mais maintenant c’est décidé je le fais : quand je serai grand je serai riche. Quoi qu’il en soit c’est assez marrant de se sentir au cœur de l’aventure, ces albums ne manquent pas de punch, on se sent happé par l’action et on saute de toit en toit tels Méjaï, le Hussard et le Scorpion à la recherche de la vérité.

Note : 5/5

Doy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s