Baru – 2010 – Futuropolis – 126 planches

Tout commence dans un petit village africain, un jeune garçon profite de la venue d’un footballeur professionnel du club de Metz pour lui montrer ses talents balle au pied. Il est évident que Slimane est très doué et l’idée lui est soufflée de venir en France pour intégrer le club messin. C’est ainsi qu’il se retrouve avec un ami dans la soute d’un avion en partance pour Paris. Bien sur dès sa sortie de l’avion le jeune garçon et son ami sont attendus par la police. C’est après une course poursuite, à travers l’aéroport puis le périphérique que Slimane arrive à s’échapper. La vie de clandestin s’ouvre à lui et les boulots qui vont avec. Pendant ce temps Zizou sort de zonzon. Zizou, c’est Zinedine, un caïd local qui après avoir fait quelques mois derrière les barreaux ne pense qu’à son prochain coup. Avant toute chose il va faire un peu de ménage dans ses relations, liquider ceux qui l’ont refilé aux flics. Une fois ces détails réglés il se penche sur son nouveau projet, un fourgon de la Brinks. Et pour s’occuper de cette banque roulante il a besoin d’un gars qui connait son affaire, un vieux de la vieille qui ne pourra pas refuser un tel challenge, accompagné de ses anciens acolytes.
Je l’avais déjà remarquée plusieurs fois cette bd, avec son bandeau rouge « Grand prix de la ville d’Angoulême 2010 » ! Je l’avais feuilletée et le trait ne m’avait pas immédiatement séduit, mais je me méfie maintenant de ce genre de sentiment, rappelez vous ce que je disais de Nous ne serons jamais des héros. Par ailleurs, il y a cette couverture, ce titre, qui ne reflètent pas du tout le contenu,. Vous en conviendrez, on s’attend à trouver du gros son, du rap et autres musiques de chambre… Eh bien non, néni, point du tout. Ici on parle d’un braquage sur fond d’amitié entre 3 vieux potes (oui oui des potes âgés, elle était facile celle-là), mais aussi d’immigration. D’ailleurs ces trois amis qui ne peuvent pas résister de faire encore un coup, plus par nostalgie que par appât du gain, nous rappellent Lino Ventura et ses compères dans Les tontons flingueurs. Et la comparaison ne s’arrête pas là, Zizou nous ferait facilement penser à Théo (Hortz Franck) dans le même film. Que vient faire Slimane le petit immigré dans toute cette histoire et ces dialogues à la Audiard ? Ben je vais peut-être pas tout vous dire non ? Le scénario est donc très bien ficelé, l’histoire tient parfaitement la route. Le dessin m’a un peu moins convaincu je dois bien l’avouer, mais ce n’est pas vraiment gênant, et puis les planches proposées ne dénotent pas du reste, c’est cohérent. Pour finir je dois vous dire que j’ai offert ce one-shot à mon pote Kawax, mais je me devais de le lire avant de refermer le paquet cadeau. Quoi, j’avais pas le droit ? Je pouvais quand même pas lui offrir une bd nulleux, il fallait que je valide avant, de quoi j’aurais eu l’air si je lui avais offert une bouse ?

Note : 4/5

Doy.

Publicités

2 commentaires sur « Fais péter les basses, Bruno ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s