Intégrale – Baru – 2004 & 2006 – Dupuis (Air Libre) – 70 & 61 planches

Anthony Witkowsky est un jeune homme qui a la rage (d’où le titre). Sa condition sociale ne lui convient pas, il ne veut pas être comme son père à travailler des heures durant pour gagner un smic. Son entourage le dégoute, les immeubles, la banlieue, tout le pousse à en sortir. Pour fuir cet environnement il a ses poings, il croit en eux, il sais qu’ils sont en or. Tout son entourage lui répète qu’il est doué, extrêmement doué même, sauf son père qui refuse catégoriquement que son fils gagne sa vie de cette façon là. Pourtant pour Anton la boxe est la clé qui le mènera aux sommets, la clé qui lui permettra de gagner beaucoup d’argent facilement… Mais le milieu de la boxe est un milieu très particulier dans lequel on n’avance pas sans se faire d’ennemis.
J’ai découvert Baru il y a peu en lisant Fais péter les bases, Bruno ! que j’avais offert à mon pote Kawax. Le trait ne m’avait pas forcement emballé au premier abord mais après l’avoir lu il fallait bien reconnaitre que l’histoire m’avait plu. Baru possède son univers et on le reconnait immédiatement. Preuve qu’il ne s’agit pas du premier venu il faut noter qu’il était le président du dernier festival d’Angoulême, excusez du peu. Et puis quand on se penche sur ce qu’il a déjà fait c’est impressionnant. Prix du meilleur album à Angoulême en 1991 et en 1996 et Grand prix en 2010… Revenons à nos moutons. Ce qui ne me plaisait pas trop au début (le dessin donc) et qui est la marque de l’auteur est plutôt ce qui m’attire désormais. J’apprécie énormément ce trait atypique, la bouille de ses personnages, ces gros nez à la limite de la caricature. Ces personnages qui par leur aspect imparfait renvoient très bien aux sentiments qu’ils éprouvent. L’histoire est très bien traitée, je ne vous en dis pas trop mais l’histoire d’Anton nous est livrée avec en fil rouge le personnage dans le box des accusés (quoi de plus normal que d’être dans un box pour un boxeur, ok je sors…), on ne sait pas pourquoi mais on comprend au fil des pages pourquoi il est là. C’est très bien amené, très bien ficelé. Et si j’ai eu la chance de lire cette bd c’est sur les conseils de Gégé de la Licorne, merci beaucoup de m’avoir conseillé sur ce coup là, je ne le regrette pas un seul instant.

Note : 5/5

Doy.

Publicités

Un commentaire sur « L’enragé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s