Tomes 1 à 3 – X. Dorison, M. Lauffray – Dargaud – 2007 à 2010 – 55, 46 & 51 planches


Cette série faisait partie des nombreuses qui composent ma ‘wish list’, car je crois que j’aime bien les histoires de pirates et de bateaux. En effet, elles évoquent pour moi des envies de voyages, d’ailleurs, qui m’embarquent plus que n’importe quel autre moyen de transport… J’ai eu la chance cette fois de pouvoir lire les trois premiers albums de cette série dans la foulée, sans devoir patienter entre chacun, ce qui je dois l’avouer est fort confortable. Maintenant, il va falloir attendre pour connaître la suite des événements.
Mais quels sont-ils, au juste, ces événements ? Lady Vivian Hastings est une épouse qui n’a pas fait voeu de chasteté après le départ de son mari, Lord Hastings, pour des contrées lointaines à la recherche de la cité perdue de Guyanacapac. C’est le moins que l’on puisse dire… Sans nouvelles de lui depuis trois ans, elle s’apprête à se déclarer veuve pour pouvoir se marier avec un riche notable qui lui fait la cour, et ainsi à la fois donner un père à l’enfant qu’elle porte (et donc conserver une certaine forme d’honneur) et renflouer ses dettes, car elle a dilapidé toute sa fortune. Mais Lord Hastings va se rappeler à son bon souvenir par l’intermédiaire de son frère, qui lui annonce qu’elle est désormais sous son autorité, désavouée et déshéritée. Il lui dit en outre qu’il va vendre le manoir qu’elle a hérité de son père pour financer une nouvelle expédition, Lord Hastings ayant en effet trouvé la voie de la fameuse cité oubliée. Mais Lady Vivian, qui n’a plus rien à perdre, ne l’entend pas ainsi. Elle va conclure un pacte avec Long John Silver, un pirate à la réputation sulfureuse, et embarquer sur le navire qui doit rejoindre l’équipage de Lord Hastings.
Comme vous vous en doutez, le périple vers Guyanacapac va être mouvementé, et en refermant le troisième tome je n’avais qu’une hâte : connaître la suite. Je ne vous en dirai donc pas plus, en revanche, ce que je peux vous dire, c’est que des trois, c’est bel et bien le 3ème volume que j’ai préféré. Visuellement parlant, notamment. En effet, pour parler deux secondes des planches, puisqu’il s’agit avant tout d’une histoire dessinée, j’ai trouvé la qualité du dessin remarquable, et les visages – parfois approximatifs dans les deux premiers tomes – vraiment réussis. Le travail sur la couleur est également très intéressant, avec une dominante de couleurs froides, dans les tons de vert principalement, qui contribuent à rendre l’atmosphère lourde, pesante, inquiétante. Pour résumer, c’est un bon moment de lecture que j’ai passé là !

Note : 4/5.

Shifue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s