Skyfall James Bond MI6 M Q EspionnageRéal. par Sam Mendès, 2012, 2h23

Dimanche dernier. Un temps frais, humide, automnal, parfait pour aller au ciné. Le nouvel opus des James Bond, le fameux agent secret 007, nous tend les bras. Bref, en bon public que nous sommes de cette série, nous nous laissons tenter…
En ce qui me concerne, je n’avais pas lu au préalable le synopsis avant d’aller voir le film. A chaque fois que je vais voir un « James Bond », je sais de toute façon que je vais passer un bon moment. Eh bien cette fois encore, je me suis laissée prendre dans l’histoire. Et même plus : je tiens ce nouvel épisode pour l’un des meilleurs numéros de la série, tout au moins l’un des plus réussis parmi ceux des 20 dernières années, qui ont vu se succéder Thimothy Dalton, Pierce Brosnan et… le très à propos Daniel Craig (aïe… je sens que je vais encore me faire disputer sur ce coup là…).
Je vous laisse la surprise de l’intrigue somme toute assez simpliste (James doit cette fois se battre contre un ennemi particulièrement redoutable, qui n’a d’autre but que d’assouvir une vengeance toute personnelle contre M pour laquelle il travaillait des années auparavant), pour m’attacher à vous livrer ce qui, dans ce volet, m’a particulièrement plu. Le personnage de James Bond en premier lieu : tout en fêlures, loin de l’image lisse renvoyée par un Sean Connery ou un Roger Moore. L’espion britannique est magnifiquement servi par Daniel Craig, tout en puissance et en fragilité, en proie au doute mais également déterminé lorsqu’il s’agit de protéger M. Bref, un personnage pétri de contradictions et à mon sens beaucoup plus « moderne » et intéressant que ses prédécesseurs.
Justement, de modernité il en est question tout au long du film, et c’est là la seconde raison pour laquelle je trouve que cet opus est particulièrement réussi. Dans la lutte contre le Mal s’affrontent deux écoles, deux méthodes, deux générations. La nouvelle est emmenée par Q notamment, ici incarné par un comédien aussi jeune que Desmond Llewelyn était âgé. Q n’est plus un Géo Trouvetou génial, mais un surdoué de l’informatique et de la programmation : autres temps, autres moeurs ! L’ancienne, c’est bien sûr : M, la cible du « méchant-pas-beau-homme-à-abattre » (impressionnant Javier Bardem), décriée dans sa gestion de la crise qui touche le MI6 et mise en cause par la jeune garde du gouvernement qui aimerait bien la voir prendre sa retraite ; mais aussi James Bond lui-même, donné pour mort dès le début du film, porté sur l’alcool et physiquement plus aussi athlétique que par le passé. Bref, j’ai beaucoup aimé la philosophie de cet épisode, qui montre bien que chaque génération a sa place dans un monde où tout va toujours plus vite mais où il faut parfois savoir prendre le temps de la réflexion. Clin d’oeil particulièrement bien vu pour renforcer le propos du film : l’apparition de la célèbre Aston Martin DB5 des débuts. Sobre, racée, élégante. En un mot : magnifique !
Voilà, je n’en ferai pas des « caisses » supplémentaires mais je conclurai en vous invitant à aller voir ce 23ème épisode en salle. Le temps s’y prête particulièrement aujourd’hui, non ?

Shifue.

Que dire de plus après le brillant post de ma Shifunette ? Oui déjà je pourrais écrire ici que je ne suis pas dupe et que je sais que Shifue s’est rincée l’oeil pendant 2:23 dimanche dernier, sous couvert d’un accès à l’art cinématographique. « Mon chéri, viens allons nous cultiver, allons faire le plein de 7ème art ! » Bref Daniel il est beau, il est beau, beau, caréné, énigmatique, n’en jetez plus les filles… « Mais non mon chéri tu es 10000 fois mieux que lui tu sais, et puis lui il est trop musclé », mouais mouais je sais bien tout ça……..
Une fois ma crise de jalousie passée et les filets de bave de ma chérie séchés j’ai pu me concentrer sur le film. Pour ma part j’en avais déjà entendu parler à la radio, puis j’avais pu lire un excellent post sur le blog Lectures au coeur, que je vous conseille au passage. Je vais essayer de ne pas paraphraser ma petite Shifue qui a déjà tout dit. C’est vrai que la série trouve ici une nouvelle dimension, plus humaine peut-être. James est certes le meilleur des agents il n’en reste pas moins un homme qui a un passé, pour le moins lourd à porter visiblement. Et puis rappelez vous ceci : James peut mourir, qu’on se le dise, il a un métier dangereux quand même. C’est vrai que, comparativement, je risque quoi moi ? Me planter une agrafe dans le pouce en voulant sauver ma planète qui menace d’imploser le 21/12 ?  Je m’égare il me semble… Quoi qu’il en soit, ne sortez pas vos mouchoirs les filles à l’idée que James puisse avoir un accident de travail (quand même une agrafe dans le pouce euh…) j’ai l’impression qu’on a pas fini d’en dîner du Daniel… Et dire que je sais déjà que j’y retournerai. Bon allez vais faire des abdos moua…

Doy.

Publicités

5 commentaires sur « Skyfall »

      1. Je ne moque pas… mais je m’amuse de ces deux analyses, aussi fine et pointue l’une que l’autre… Puis… j’ai imaginé (je ne pouvais pas faire autrement) un James qui aurait pour toute arme… une agrafeuse ! lol… 😉

      2. Je l’avais bien compris en ce sens 😉
        Merci pour fine et pointue, ça me rappelle des … agrafes… 😀

      3. Oui vous avez raison : à quoi ressemblerait James avec une agrafeuse en guise de Beretta ? Mais vous savez, Doy est modeste, il fait un métier beaucoup plus dangereux que ce qu’il veut bien avouer… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s