je-reviendrai-avec-la-pluie-787172Takuji Ichikawa – Flammarion, 2012 

Quel jour mieux choisi qu’un jour de pluie pour renouer avec notre blog, après des semaines d’absence ? A fortiori, et comme un fait exprès, pour vous parler d’un véritable coup de coeur pour un roman au titre évocateur, et en l’espèce totalement approprié : « Je reviendrai avec la pluie » ? Oui, je sais, c’était facile. Mais encore fallait-il y penser… Eh bien, fatalité de la météo oblige – celle-ci se faisant assez capricieuse en ce mois de mars réputé pour l’être – c’est sous un soleil radieux et printanier que j’écris ces quelques lignes.
Nous nous devions en effet de rassurer nos trèèèès nombreux lecteurs (en particulier la Tribu d’Anaximandre
), désespérés de ne plus nous voir par ici. Oui, je plaisante bien sûr, et vous le savez bien.
Là où
je ne plaisante pas, en revanche, c’est au sujet du coup de coeur qui est le mien pour ce roman paru au Japon en 2006, où il a dépassé la barre du million d’exemplaires vendus. Ne sachant trop à quoi m’attendre en commençant sa lecture, je me suis laissée prendre petit à petit par l’histoire et le caractère « fantastique » (au sens de surnaturel) des évènements racontés par le narrateur, qui n’est autre que le principal protagoniste du livre. Le sujet de départ, peu gai comme vous allez le comprendre, pouvait pourtant sembler peu original : Takumi et Yuji, un père et son jeune fils de 6 ans, se retrouvent seuls et désemparés après le décès de leur femme et mère, Aio. Pour aider Yuji à surmonter son chagrin et cette absence irremplaçable, Takumi invente la planète Archive (appelée « Archevie » par Yuji, dans un lapsus assez révélateur), sur laquelle Aio habiterait désormais en compagnie de tous les défunts. Un au-delà imaginaire mais qui possèderait une existence bien réelle en sorte. C’est d’ailleurs pour cette raison là que Takumi s’attache chaque jour à donner à Archive une physionomie et des qualités propres au gré des questions de Yuji, lui permettant ainsi de donner un peu de sens à cette perte absurde. Ce que Takumi passe sous silence en revanche, sans doute pour ne pas dévoiler un secret qui pourrait être éventé et compromettre sa concrétisation (si l’on peut dire les choses ainsi…), c’est que Aio lui a promis à la veille de sa mort qu’elle reviendrait au début de la saison des pluies afin de s’assurer que tous les deux s’en sortent bien, malgré tout. En dépit du caractère irrationnel de cette promesse, Takumi est convaincu qu’Aio apparaîtra bel et bien dès les premières gouttes de pluie tombées. Et en effet, la prophétie s’accomplit bientôt. N’osant d’abord y croire, l’enfant hésite à approcher de sa mère, qui vient d’apparaître dans cet endroit précis du bois où ils avaient l’habitude d’aller se promener tous les trois. Petit à petit les deux hommes font le premier pas en direction de cette femme qui semble ne pas comprendre ce qu’elle fait là.  Car Aio est devenu amnésique. Il va donc lui falloir faire connaissance à nouveau avec ce jeune fils, et ce mari si particulier (on comprend mieux pourquoi au fil de la lecture), et réapprendre tout ce qui faisait son quotidien. Serait ce le point de départ d’une nouvelle vie pour cette famille de nouveau réunie ? Et d’une nouvelle histoire d’amour pour ce couple ?
Dès les premières lignes, j’ai été séduite et captée à la fois par l’histoire et le style de la narration, fluide et d’une grande simplicité, mais néanmoins non dépourvu de poésie. Mais, et c’est peut-être ce qui fait que j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce roman, c’est une très belle histoire d’amour qui nous est racontée ici, et celle-ci m’a profondément touchée et émue. Car si l’on se doute de l’issue de ces retrouvailles, le roman ne sombre à aucun moment dans la mièvrerie. Bien au contraire, il va directement au coeur du lecteur et interroge sur le sens profond de l’amour qui anime, qui fait vivre, qui pousse celui qui aime et celui qui est aimé à aller au-delà de ses propres capacités et limites. Bref, c’est un livre qui fait du bien, même s’il n’est pas dépourvu de mélancolie. Pour toutes ces raisons, je vous en recommande la lecture : par temps de pluie bien au chaud sous la couette, ou au contraire au soleil du printemps, étendu(e) dans l’herbe…

Publicités

2 commentaires sur « Je reviendrai avec la pluie »

  1. Shifue & Doy vous revoilà !!! quel plaisir de vous lire!
    Merci pour ce nouveau titre. Ton post me donne envie de le lire et je crois que des ce soir j’irai faire un tour dans la première libraire pour découvrir cette œuvre… sous la pluie par ici …

    1. Coucou la petite souris 🙂
      J’espère que ce livre te plaira, tu me diras ce que tu en as pensé ? Il faut s’accrocher un peu car c’est tristounet mais c’est vraiment une très belle histoire d’amour !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s