La Conjuration des imbéciles – Roman de John Kennedy Toole – 1980 – 10/18 – 480 pagesConjuration des imbeciles

Quatrième de couverture : « Écrit au début des années soixante par un jeune inconnu qui devait se suicider en 1969, à l’âge de trente-deux ans, parce qu’il se croyait un écrivain raté, La Conjuration des imbéciles n’a été éditée qu’en 1980. Le plus drôle dans cette histoire, pour peu qu’on goûte l’humour noir, c’est qu’aussitôt publié, le roman a connu un immense succès outre-Atlantique et s’est vu couronné en 1981 par le prestigieux prix Pulitzer. Une façon pour les Américains de démentir à retardement le pied de nez posthume que leur adressait l’écrivain, plaçant en exergue à son livre cette citation de Swift: « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »

Mon avis : Inconnu au bataillon pour ma part il y a encore quelques mois c’est une fois de plus ma chère et tendre femme qui m’a parlé de ce livre et de l’aventure éditoriale de celui-ci, qui mériterait à elle seule d’être narrée. C’est en 1976 que Walker Percy, romancier et universitaire américain, est la cible d’une femme le pressant de lire le manuscrit de son fils, suicidé 7 ans plus tôt à cause des refus des éditeurs. Elle le harcèle tant qu’il se lance enfin dans la lecture de celui-ci pour, au final, y trouver du génie. Il le lira d’ailleurs 3 fois. L’édition présente est d’ailleurs préfacée par lui-même. Il y écrit « Il y a en tout cas, Ignatius Reilly, personnage à ma connaissance sans précédent dans la littérature – Oliver Hardy délirant, Don Quichotte adipeux, Thomas d’Aquin pervers, tout cela dans un seul homme ». Comment ne pas courir le lire après ça ? Attendez quand même une seconde, lisez d’abord la fin de ce post…

Que dire de plus que les milliers de posts et de commentaires ayant déjà traités de la vie de l’insupportable Ignatius Reilly et de son pittoresque entourage ? Sans doute pas grand chose j’en conviens. Néanmoins je vais tenter d’expliquer ici pourquoi ce livre aura été pour moi une réelle découverte tant son héros – ou plutôt anti-héros absolu – est un personnage à part qui ne peux décidément pas laisser indifférent. Comment ne pas aimer ce personnage pour son coté décalé, fainéant, mégalomane, grossier, grotesque, moraliste, emprunt de toutes les tares que comporte le monde ? Ou au contraire, comment l’aimer ? Comment ne pas avoir envie de lui coller 10 paires de baffes à chaque page tant il est insupportable, tant il use sa mère et son entourage ? On rit des situations cocasses et déjantées mais on se dit systématiquement qu’il est capable du pire à chaque instant ! Ca ne s’arrête pas là, si les gens qui l’entourent étaient au moins « normaux » eux, que nenni, tous aussi barrés les uns que les autres. L’agent de police Mancuso, brimé par son chef car voulant trop bien faire. La mère d’Ignatius, complètement dépassée par les événements et portée sur la bouteille. Le dandy gay Dorian Green qui prend Ignatius pour plus folle que lui. Et que dire de Lana Lee, la tyrannique (tendance nazi) propriétaire du bar Les Folles Nuits ?

Ce que je retiendrai de ce roman c’est avant tout un personnage incroyablement grossier mais monstrueusement érudit, un monstre magnifique, un ignoble intello… Je suis vraiment ravi d’avoir lu ce livre qui à mon sens est un incontournable de la littérature, qui plus est quand on sait la fin tragique du son auteur. On ne peut s’empêcher de se demander quels auraient pu être les autres romans des aventures d’Ignatius.

Citations : « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »
« J’ai encore dit à mes étudiants que,par égard pour l’humanité future,j’espérais qu’ils étaient tous stériles. »

Note 5/5

Doy.

Publicités

Un commentaire sur « La Conjuration des imbéciles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s