Tiletaitunevillehomas B. Reverdy – Flammarion – 268 p.

J’ai déjà eu l’occasion de parler ici de Thomas B. Reverdy, jeune auteur découvert récemment avec deux romans – « Les Evaporés » et « Le ciel pour mémoire » – qui m’avaient bien plu. Rebelote avec son dernier livre dont je souhaitais vous dire quelques mots pour, peut-être, vous donner envie de le lire.
« Il était une ville » a pour décor la ville de Detroit aux Etats-Unis en pleine crise des subprimes. Loin d’être une simple toile de fond, Detroit joue un rôle à part entière dans l’histoire, où se croisent tout de même des personnages en chair et en os, également à la dérive. Il y a tout d’abord Eugène, un ingénieur français envoyé par l’Entreprise dans cette ville sinistrée pour y monter un projet de construction automobile. Projet dont dépend son avenir professionnel après qu’il a essuyé un échec commercial cuisant en Chine, et dont on comprend rapidement qu’il n’ira pas à son terme. Il y a également Candice, serveuse dans le seul bar de la ville encore animé dans lequel les salariés rescapés de la crise viennent chercher un peu de réconfort après leur journée de travail. Mais aussi Gloria, dont la fille est partie plus de dix ans auparavant sans laisser d’adresse mais en lui laissant sur (dans ?) les bras son fils Charlie, alors bébé, qu’elle élève seule depuis. Charlie lui-même, devenu adolescent, va également se retrouver au cœur de l’histoire. Et il y a enfin l’inspecteur Brown, un flic en fin de carrière qui mène une enquête sur des disparitions d’enfants, affaire qu’il prend particulièrement à cœur alors que personne ne semble par ailleurs s’en inquiéter. Tous ces personnages semblent, pour une raison ou une autre, à un moment charnière de leur existence.
Le talent de Thomas B. Reverdy est de mêler des destins au fil des pages, avec finesse, sans tirer sur des grosses ficelles. On assiste ainsi à la naissance d’un couple, celui d’Eugène et Candice, qui aurait pu sembler improbable au début du roman. On comprend également que la route de Charlie, l’adolescent fugueur, rejoindra plus tard celle de l’inspecteur Brown. Mais on ne sait pas à l’avance comment tout ça va se terminer. Vous l’aurez compris, j’ai bien aimé ce roman. Comme pour les deux précédents, la lecture est fluide et prenante, les personnages attachants. Bref, une confirmation.

Note : 5/5

Shifue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s